Bénin : Ouverture des portes saintes dans l’Eglise Famille du Bénin

Publié le : 29 décembre 2015

L’église famille du Bénin est entrée à l’instar des églises locales du monde entier, dans l’année jubilaire de la miséricorde par l’ouverture des portes saintes de la miséricorde comme le pape François l’a demandé. Ce fut le e 13 décembre 2015 (3ème dimanche de l’avant) pour neuf diocèses (les diocèses de Cotonou, Lokossa, Abomey, Parakou, Natitingou, Kandi, Djougou, N’dali, Dassa-zoumè et le dimanche suivant (20/12/2015) pour le diocèse de Porto-Novo, qui devrait attendre l’ordination épiscopale de son nouvel évêque le samedi 19 décembre.
Nous avons été présentes pour vivre cet évènement de foi et de joie avec le peuple de Dieu.

A Parakou  : Sr Estelle AGOUNDOTE, raconte l’ouverture de la porte sainte de l’année de la Miséricorde à la Cathédrale Saint Pierre et Saint Paul l’Archidiocèse de Parakou (Cf. photos ci-jointes) : « Tout a commencé à 15h30 par une grande procession qui partit de l’Archevêché de Parakou en direction de la cathédrale où a eu lieu le rituel de l’ouverture de la Porte Sainte et le Saint sacrifice de la messe ouvrant le jubilé extraordinaire de la miséricorde divine. La grande foule composée des agents pastoraux du diocèse et des fidèles chrétiens venus des différentes paroisses de la ville comme des périphéries, bénissait le Seigneur Miséricordieux à travers chants et danses. Une fois arrivée à la Cathédrale, cette foule a fait une haie pour accueillir Monseigneur Pascal N’KOUE, Archevêque de Parakou entouré d’une soixantaine de prêtres en vue du rituel de l’ouverture de la porte sainte du jubilé extraordinaire. Les cloches de la cathédrale sonnèrent pour marquer l’événement ; elles laissèrent place au chant du Veni Creator qui accompagnait la procession du clergé devant la porte Sainte. Monseigneur Pascal une fois parvenu devant cette porte procéda à un petit rituel d’ouverture. Il la franchit en premier, suivi de ses prêtres et des fidèles chrétiens réunis. Par ce rite, l’évêque diocésain, son clergé et tout le peuple de Dieu de l’Eglise famille de Dieu qui est à Parakou disaient ainsi leur ferme volonté de devenir saints comme Dieu notre Père est Saint. Au cours de la célébration eucharistique qui a suivi, commentant les textes du jour, Monseigneur a exhorté son peuple au partage, au respect des commandements de Dieu et à la culture de la joie de Dieu. Il rappellera aussi que cette année sainte est en même temps pour le diocèse de Parakou une année des vocations. Parlant des vocations, le prédicateur partira de notre vocation commune à la sainteté pour parvenir aux vocations spéciales dans l’Eglise. Ce sera donc à partir de ces différentes vocations que l’Archidiocèse de Parakou vivra le jubilé extraordinaire de la Miséricorde divine. Deux autres portes saintes telles que celle du Sanctuaire Christ Rédempteur de l’Homme et du Sanctuaire marial Notre Dame de « Komiguéa », Reine des Familles, ont été aussi indiquées pour la dévotion des fidèles. Pour finir, l’ordinaire du lieu a invité son peuple à imiter le visage miséricordieux du père céleste en étant miséricordieux les uns envers les autres. A la fin de la célébration, un guide de l’année de la Miséricorde a été distribué aux agents pastoraux et la récitation de la prière pour l’année des vocations a eu lieu. »

A Cotonou  : Les célébrations devant conduire à l’ouverture de la porte sainte de la miséricorde se sont déroulées au cours du pèlerinage diocésain au sanctuaire notre Dame de la divine miséricorde d’Allada, sanctuaire diocésain dont la charge a été confiée aux religieux franciscains de l’Immaculée. C’est déjà ce samedi 12 Décembre que des milliers de fidèles venus de tous les paroisses de Cotonou ont convergé, dans un acte de foi, vers ce lieu de pèlerinage. C’est une ambiance de prière qui a régné durant la messe d’ouverture et l’adoration toute la nuit avec possibilité donnée aux fidèles de recevoir le sacrement de réconciliation. Les pèlerins ont eu droit, le dimanche matin, à une causerie sur le thème « soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux »
La célébration eucharistique qui marqua l’ouverture effective de la porte sainte du sanctuaire marial, a démarré à 10 heures avec une grande procession composée de plus d’une centaine de prêtres et de l’archevêque. Notons la présence de quelques autorités à cette messe. Il s’agit du maire de la ville d’Allada et du premier ministre d’Etat en la personne de Mr ZINSOU Lionel. Dans son homélie, Monseigneur Antoine GANYE, Archevêque de Cotonou, a réexpliqué aux pèlerins, la grandeur de cette année du jubilé extraordinaire de la Miséricorde, le sens de l’ouverture de la porte sainte de la miséricorde et les conditions pour bénéficier de l’indulgence. Il a ensuite souligné que la miséricorde, est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. Et prenant chacune des trois personnes trinitaires, il développa amplement, la part de chacune dans l’œuvre du salut. Monseigneur l’Archevêque a sérieusement exhorté à une vie de conversion, de foi et de charité envers les pauvres de notre temps. Il a demandé à tous, aux hommes riches, politiciens ou non, d’oser entreprendre des œuvres de miséricorde envers les petits, les pauvres, les malades… l’ordinaire du lieu a aussi annoncé qu’il y aura dans le diocèse, quatre autres portes qui seront ouvertes, dans le but de permettre aux fidèles de vivre ce temps de grâce. Il s’agit : de la porte de cathédrale notre dame de la divine miséricorde, de la porte de la Basilique de Ouidah, de la porte de la l’Eglise la de paroissiale de sainte Antoine de Padoue de Calavi, et de la porte de la paroisse de Sochanhoué ( une paroisse implantée dans un village lacustre). L’ordinaire du lieu a ensuite invité les fidèles à faire des efforts à tous les niveaux : accueillir et donner la miséricorde en famille ; faire des œuvres communautaires de miséricorde en paroisse. Il est urgent d’ouvrir les yeux pour voir les pauvres ; de respecter la création, de lutter contre la contre-culture et de retrouver nos valeurs africaines qui se noient dans le mouvement de mondialisation… Vers la fin de la célébration, Monseigneur a procédé au rituel de l’ouverture de la porte sainte de la miséricorde du sanctuaire marial. Ce fut un temps fort, un événement de foi pour tous les pèlerins. L’archevêque est passée le premier par la porte sainte, suivi de quelques prêtres, religieux/ religieuses et laïcs désignés à l’avance pour la circonstance. Après la bénédiction finale, la grande foule de pèlerins s’est dirigée elle aussi, en procession vers la porte sainte. (Cf. photos associées)

Porto-Novo  : le samedi 19 décembre fut un grand jour de joie pour l’Eglise famille de Porto-Novo qui accueille son cinquième évêque en la personne de monseigneur Aristide GONSALO, un prêtre originaire de Porto-Novo cependant incardiné dans le diocèse de Parakou. Monseigneur Aristide G., est un prêtre bien connu des toutes les sœurs de Parakou. L’eucharistique qui marqua l’ordination eucharistique et l’installation du nouvel évêque, a été célébrée par le nonce apostolique, son excellence Monseigneur Briam Udaigwe entouré de tous les évêques du Bénin et de Mgr Stanislas LALANNE, évêque de Pontoise. Ont pris part à cette célébration, le Président de la République, le Président de l’assemblée nationale, le premier ministre d’Etat et plusieurs autres ministres, et autorités politiques, sans oublier les chefs traditionnels, et les Imams. Ce fut un vrai rassemblement de croyants ; les prêtres venus de tous les diocèses du Bénin, La foule de chrétiens exprimant sa joie et son allégresse après trois années de d’attente depuis la mort de son évêque (monseigneur René Marie EHOUZOU).
Dans son homélie, le nonce apostolique a exhorté le nouvel futur évêque à l’exercice de son épiscopat dans la charité et dans la confiance en la providence du Seigneur qui ne déçoit jamais. Il lui rappela que l’évêque est appelé que l’évêque est appelé à aller en eau profonde, à ramer à contre courant de ce qui parait être une évidence à certaines opinions erronées largement répandues. Il exhorta le clergé local ainsi que le peuple de Dieu à accueillir son nouvel évêque comme un don de Dieu et à ne faire qu’un avec lui. Il souligna ceci au clergé et aux fidèles du diocèse : « Mgr Aristide est au milieu de vous comme votre père et votre fils ». Après la célébration eucharistique, ce fut la fête, la joie partagée autour d’un repas fraternel. (Confère photos).
Le lendemain, dimanche 20 décembre, monseigneur Artistique GONSALLO a procédé à l’ouverture de la porte sainte de la miséricorde dans son diocèse. Ce fut la porte de la cathédrale, notre Dame de l’immaculée Conception.

Echos des autres diocèses :
Diocèse de Natitingou : ouverture de porte sainte à l’occasion du pèlerinage annuel diocésain au sanctuaire « Notre Dame de l’Atacora » par monseigneur SABI Bio. Ce lieu a été choisi en raison de son accessibilité plus facile et des foules de pèlerins qui s’y rendent chaque année.
Diocèse de Kandi : ouverture de porte sainte de la miséricorde à la paroisse notre dame du mont Carmel par l’ordinaire du lieu, Mgr Clet FELIHO.
Diocèse de Dassa-Zoumè  : ouverture de porte sainte de la miséricorde au sanctuaire marial Notre Dame d’Arigbo par son excellence, monseigneur François GNONHOSSOU.
Clergé local et fidèles ont répondu massivement à tous ces rassemblements dans la foi.
Sœur Rachelle DA-GBADJI. op.

Écrire un commentaire
  • Votre nom

  • Message