Stage icônes aux Fontenelles : la Parole de Dieu en formes et en couleurs...

Publié le : 7 novembre

Nous voilà de retour de notre session icônes. Nous, c’est-à-dire Sr Carmen, Thaddée, Anne-Claire, Soraya, et Marie Jean. En voici un petit écho en ce jour de la fête de Toussaint de l’Ordre car c’est pour nous comme une continuité de la « montée des lumières » que nous avons essayé d’écrire sur nos icônes et que les saints ont atteint en plénitude dans l’Au-delà.

Nous avons suivi la session chez les sœurs de la Retraite Chrétienne des Fontenelles, petit village au sud de Belfort et non loin de la frontière suisse. Une belle campagne nous entourait : le cadre se prêtait bien à ce genre de session.

Nous étions 15 participantes dont 5 sœurs de la CRSD. Les autres étant des femmes retraitées, membres de l’atelier de Marie-Eve (notre iconographe) ou de l’atelier de Thaddée. Une passion commune pour toutes et donc une très bonne ambiance.
Le matin, après le petit déjeuner sur fond musical, nous nous rendions à l’atelier à 9h où nous commencions par la prière de l’artisan (spécifique aux icônes) pour travailler jusqu’à midi, avec pause à mi matinée. L’après-midi nous reprenions à 14h. Sr M. Thaddée faisait à ce moment-là un petit topo qui reprenait à la fois le thème de la session qui était la Pentecôte mais en lien avec le cycle d’Élie qu’elle nous a magnifiquement commenté, et tenant compte des différentes étapes de l’écriture de nos icônes (gravure, ténèbres, montée des lumières…). Un psaume/un chant concluait ce temps de méditation. Puis nous repartions travailler. Diner 18.30, puis éventuellement poursuite du travail après.

Marie-Eve faisait le tour de toutes les participantes pour donner les indications nécessaires, la plupart ayant déjà pas mal d’expérience. Certaines avaient déjà mis en route un projet, c’est pourquoi les sujets étaient variés (Tranfiguration, Pentecôte, Elie, Cène, Vierge, Archange…). Cette diversité était finalement intéressante car nous allions voir chez les voisines comment elles faisaient, appréciant leur travail ou nous encourageant les unes les autres quand cela n’avançait pas comme nous voulions. Ceci faisait que notre atelier ressemblait à une ruche où l’on percevait à la fois une grande concentration et à la fois un murmure de voix en continu.

Parfois, Marie-Eve proposait un enseignement pour toutes celles qui le voulaient sur un point technique plus précis : comment on pose l’or, la lumière des yeux… Mais saviez-vous que nous avons des montagnes et des vallées sur notre visage ? le front est montagne, le menton est vallée : cherchez bien il y a alternance parfaite de chacune de ces parties sur notre visage !

Nous avons beaucoup appris, tout en sachant qu’il y a encore beaucoup à apprendre avant de maitriser cet art.
5 jours, c’est très rapide : le temps de se dire que l’on peut tirer un trésor de prédication à partir de là ; le temps de se remplir les yeux de beauté (beaucoup de livres étaient à notre disposition pour contempler, observer) ; le temps d’apprendre à se laisser enseigner, à rechercher les traits de l’essentiel ; le temps de se poser, renonçant à la vitesse – c’est une école de patience. Et bien d’autres choses encore…

Bonne fête de la Toussaint à chacune.
Sr Marie Jean Mouton Brady (Italo-Suisse)

Écrire un commentaire
  • Votre nom

  • Message

  • 18 novembre 2017 - 20h59. Nadineop

    Félicitation. Quelle joie de partager la Parole de Dieu à travers les icônes !

  • 15 novembre 2017 - 11h25sr Marion Schobbens de la cté de Poitiers

    Je me réjouis de cette belle expérience et espère un jour participer à un endroit où l’autre à une session de ce genre avec l’équipe soeurs-laïcs expérimentée. J’ai d’ailleurs encore une icône non terminée qui dort depuis...Châlon sur Saône où Marie-Thddée avait initié ce genre de « retraite - icône » avec des jeunes et les soeurs de la cté qui le désiraient.