Cinéma : « Mon Meilleur Ami » de Martin Deus

Publié le : 31 mars

Sortie en salles / 27 mars 2019.
Primé en sélection Cannes Ecrans Juniors / Festival de Cannes 2018.

Un des charmes de « Mon Meilleur Ami » émane de la discrétion avec laquelle Martin Deus émaille son récit. Il privilégie l’ellipse, expose des faits, plus qu’il ne les explique.
Lorenzo est un adolescent agréable et studieux qui vit dans une petite ville de Patagonie. Un jour son père décide d’accueillir sous leur toit Caito, un jeune garçon frondeur et mystérieux. D’abord méfiant, Lorenzo va peu à peu se rapprocher de Caito sans soupçonner les conséquences de cette nouvelle amitié.
Lautaro Rodriguez et Angelo Mutti Spinetta, tous deux inconnus, sont éblouissants pour don-ner vie au duo. « Ces deux garçons n’ont pas grand-chose en commun à part le besoin de se confier, explique le réalisateur Martin Deus, dont c’est le premier film. En d’autres circonstances, ils ne se seraient sans doute pas adressé la parole. »
« Mon Meilleur Ami » bouscule bien des idées reçues sur l’adolescence, l’amitié fraternelle et le regard du monde adulte sur ce que fut sa propre histoire. Deux garçons, l’un réservé, l’autre instinctif vont devoir vivre par la force des choses une promiscuité qui se révèle compliquée. Mais qui constitue peu à peu un socle forgeant une entente forte et émouvante.
Un film touchant et délicat qui joue sur les générations, avec deux comédiens débutants dans le métier et deux acteurs au bagage certain. Et un rôle, celui de la mère, interprété par Maria Anghileri, qui prend de plus en plus de place au fil de l’histoire, et qui n’est pas sans rappeler « Call Me By Your Name » dans la relation qu’elle a avec son fils.
« Mon Meilleur Ami » est un film assez timide dans l’exploitation de son histoire et de son message, mais qui a le mérite d’être d’une justesse rare. Martin Deus exprime avec beaucoup de précision et d’exactitude les sentiments que traverse Lorenzo, ainsi que la découverte de son corps et de sa sexualité, toujours amenée avec légèreté, sans aucune gêne. Un film qui plonge avec pudeur dans les affres de l’adolescence et la recherche d’une identité propre.
Le long-métrage ne souffre d’aucune longueur, amenant chaque plan avec cohérence et une certaine dynamique. On y suit la rencontre des deux protagonistes comme on s’aventure sur une barque au fil de l’eau : avec douceur et légèreté. Un peu à l’image de la photographie, magnifique, et qui accompagne chaque scène comme une évidence, accentuant les traits de caractère de chaque personnage.

« Mon Meilleur Ami » ? Une belle histoire sur la frontière tenue entre amitié et amour. Une chronique, simple et sensible, « autobiographique ». Une amitié touchante et douloureuse. A découvrir en salles rapidement !

Sr Hélène Feisthammel