Commentaire biblique : 20 août 2018 - Lundi de la 20ème semaine du temps ordinaire

Publié le : 19 août

Lectures :
• Ez 24,15-24
• Dt 32,18-19.20-21
• Mt 19,16-22

Commentaire
“Je vais profaner mon sanctuaire… l’enchantement de vos yeux »
Après plusieurs lectures je confesse la difficulté que j’ai à percevoir le message du texte du prophète Ezéchiel. Je lis les chapitres antérieurs pour me situer dans le contexte. Le Seigneur a de grands motifs de plainte contre son peuple. Comme tant d’autres fois au long de l’histoire, presque tout ce qui fait partie de la vie est considéré comme priorité et passe au-devant de la relation, du lien, de l’Alliance avec le Seigneur. Cet abandon est exprimé en termes de prostitution, par des expressions très dures qui reflètent la trahison du Peuple à l’égard du Seigneur.
Mais peut-être le Peuple n’a-t-il pas conscience de cela, parce qu’il accomplit ses rites, offre ses sacrifices, a un Temple qui lui donne la sécurité, qui est « l’enchantement de ses yeux… », dont il se sent fier. Fausse illusion que le Seigneur va briser de la manière la plus inattendue et surprenante. L’expérience de vie d’Ezéchiel, qui perd sa femme et ne doit ni exprimer sa douleur ni réaliser les rites de deuil, se convertit en véhicule du message que le Seigneur envoie au Peuple. Lui-même va leur arracher ce qu’ils croient avoir, Il va profaner le sanctuaire, le dépouiller de son caractère sacré… et ils ne doivent ni se lamenter ni faire aucun deuil. Car rien de ce qu’ils vivent dans le cadre du sacré n’a de véritable sens quand la vie de chaque jour est livrée à d’autres dieux, quand ce sont nos affaires et non celles de Dieu qui réellement nous occupent et préoccupent, quand les efforts, les désirs et les motivations ne naissent pas de l’expérience du don reçu et à qui on souhaite répondre.
Si le texte d’Ezéchiel se situe dans ce registre, peut-être devons-nous convenir de son actualité. Et discerner devant le Seigneur où se trouve notre cœur et ce que nous cherchons vraiment dans notre vie.

“Viens avec moi”
Nous nous trouvons de nouveau avec un des récits évangéliques que nous appelons « du jeune homme riche ». Il y a deux mois il a coïncidé aussi un lundi avec le récit de Marc. Aujourd’hui nous arrive la version de Matthieu. Un homme jeune s’adresse à Jésus, cherchant réponse à sa préoccupation personnelle de s’assurer la vie éternelle. Comme dans les autres textes qui nous racontent la même histoire, ce qui attire fortement l’attention c’est que le protagoniste, à la différence de nombreux autres personnages qui apparaissent dans les évangiles, ne manifeste aucun intérêt « d’entrer en contact » avec Jésus. En tout cas, Jésus peut servir ses intérêts... et ce ne sont pas des intérêts que nous pouvons considérer pervers, tout au contraire.
Par contraste avec la première lecture, le jeune homme ne se trouve pas dans la situation du peuple prostitué qui trahit le Seigneur. C’est un fidèle sérieux de la Loi et il désire le bien… pour lui-même. Au fond, Dieu à mon service.
Jésus le regarde avec affection, mais Il sait qu’il n’a pas découvert l’essentiel. Et il lui lance sa proposition : une chose te manque. Une chose qui implique un changement radical (à partir de la racine), car il s’agit d’une transformation de mentalité. La vie authentique te sera donnée au fur et à mesure que tu pourras quitter « tes affaires » et être disponible pour accueillir l’invitation de Dieu, quel qu’en soit le contenu. Et elle se concrétise dans ce puissant, suggestif et catégorique « VIENS AVEC MOI ! » qui te fait « retourner » pour pouvoir vivre, comme Jésus, seulement sur le mode du don.
Et voilà ! Dieu veuille que nous essayions d’apprendre jour après jour ce que signifie répondre à cette voix qui résonne au plus intime et de tant de manières différentes : « Viens avec moi ! »

Sr Gotzone MEZO, CRSD