Commentaire des lectures bibliques du mardi 20 septembre 2022 – 25ème semaine du TO

Lectures:
Proverbes 21,1-6.10-13
Ps 118
Lc 8,19-21

“C’est Dieu qui connaît le coeur humain”
Le libre des Proverbes est composé d’une large collection de maximes et de sentences, dans lesquelles s’est sédimentée la sagesse de toutes les générations d’Israël. Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous est présenté un moyen clair de vérifier si notre vie de foi et de disciples de Jésus trouve une correspondance dans la vie quotidienne avec nos plus petites décisions, de voir quelle éthique, quelle morale imprègnent notre façon de vivre.
A la fin de la lecture, je veux m’attarder sur le dernier verset écouté : “Qui ferme son oreille à la clameur du faible ne sera pas écouté quand il criera.” J’ai repris la lecture et je sens qu’elle me conduit toute entière au contenu de cette dernière sentence.
Le texte nous dit que Dieu soutient et peut guider le coeur humain. Si Dieu a ce pouvoir avec quelqu’un de puissant, un roi par exemple, il est certain qu’il le fera pour n’importe quel homme ou quelle femme qui le lui demande, si cet être humain se laisse guider. Die ne veut pas nous faire violence. “Comme l’eau courante, le coeur (le tien, le mien, le nôtre…) est aux mains du Seigneur qui le conduit partout à son gré. Toutes les voies de l’homme sont bonnes à ses propres yeux, mais c’est le Seigneur qui pèse les coeurs”.
Voici la réalité à laquelle nous sommes invités : nous laisser modeler comme l’argile aux mains du potier, être attentifs à ce qui se passe autour de nous, accueillir ce message avec humilité, “ regarder, voir”; nous nous rendrons compte alors que sans être vraiment mauvais, notre manière de suivre l’Evangile est en déficit et nous nous découvrirons fermant nos oreilles et nos yeux devant la clameur de tant de nécessités de notre monde.
Ne nous décourageons pas. Dieu connaît le désir profond de notre être et nous attendrons qu’Il nous soutienne et continue à nous enseigner comment nous impliquer dans la construction de son Règne. Et tandis que nous avancerons, Lui, Il écoutera nos cris.
Que notre main ne le lâche pas !

“Ma mère et mes frères, ce sont ceux-ci”
Que venaient faire ses proches ? Luc ne nous le dit pas. A la différence de Marc (3,20-21. 31) qui nous donne l’interprétation de cette scène et dit : “les siens, l’ayant appris (ce qui se disait de Jésus et les réactions opposées qui faisaient craindre pour sa vie) partirent pour se saisir de lui, car ils disaient : “Il a perdu la tête”. Est-ce à dire que Luc connaissait les nouvelles exactes grâce à Marie et n’avait pas besoin de nous expliquer la scène ? Essayons de comprendre son message.
Il y a beaucoup de raisons pour une mère de s’approcher de son fils : le voir de ses propres yeux, l’encourager, l’admirer, se réjouir des ses succès, l’aider s’il en a besoin… Et qui n’a pas besoin de sa mère et de ses frères ?
En peu de paroles, Jésus profite de cette occasion pour dire à ses disciples et nous le dit aussi aujourd’hui, quel est son nouveau concept de famille ou de communauté chrétienne : “ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu et la mettent en pratique.” Par là, il ne nie pas le concept de famille, il ne polémique pas, et ne disqualifie pas sa mère. Au contraire, son évangile met Marie en relief en la présentant comme modèle de croyant : “Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta Parole” (Lc 1,38); le message que Jésus exprime ensuite est pour nous.
Selon ce propos, nous appartenons à la famille de Jésus : écoutons la Parole et faisons notre possible pour la mettre en pratique. C’est le seul point qui semble intéresser Luc ; il veut que nous nous sentions membres actifs de la famille nouvelle, que nous découvrions les liens d’appartenance. Jésus saisit cette occasion pour élargir le concept de famille pour toutes les époques, famille qui sera engendrée par la Parole, sans qu’il soit nécessaire d’exclure la famille de sang.
“Ecouter la Parole de Dieu et la mettre en pratique” a produit le grand miracle de faire de Marie sa mère et notre mère. C’est ce qui peut arriver à chacun de nous si nous accueillons aujourd’hui cette Parole écoutée. Dieu attend de nous que sa famillle grandisse dans notre monde et veut à travers chacun de nous, avoir de l’espace pour que personne ne se sente exclu de notre vie ni à la table de la Vie. Prêtons lui notre voix, ne taisons pas son message.

Sr Virgilia León Garrido