Espagne : Expérience dans le Projet “Puente de Esperanza » - « Pont d’Espérance » à Madrid

Published : 24 February

Chères sœurs, Je veux vous raconter quelque chose de ce que je vis dans le Projet « Pont d’Espérance » à Madrid qui accueille et accompagne des personnes immigrantes, quel que soit le pays d’où elles viennent.

Quelques sœurs de la CRSD connaissent déjà ce projet qui a été visité par les sœurs des conseils d’Europe au cours de leur rencontre de l’an dernier et par d’autres sœurs qui sont passées par Madrid. Ce projet, créé et soutenu par 13 congrégations religieuses est né en 2005, et la CRSD- province d’Espagne y participe depuis l’année 2006/2007, à travers la communauté de Tetuán.

Dans ce projet, outre l’accueil et ses dérivés possibles, sont offerts une assistance juridique, l’aide à la recherche d’emploi avec ses itinéraires, l’assistance sociale, des cours d’espagnol ainsi qu’une formation avec des cours très divers qui donne aux participants les compétences requises au moment de chercher un emploi.
Réaliser cette formation simple et sérieuse, leur est utile pour l’intégration sociale et culturelle en même temps qu’elle les aide dans leur recherche d’emploi. Ceci est une chose très difficile en ce moment en raison du fort taux de chômage que nous avons en Espagne et surtout du fait que n’ayant pas les papiers requis, ils sont les « sans-papiers »
En ce moment, pour le conseil d’administration responsable du projet, savoir quoi offrir, comment accompagner, comment être efficaces pour ces personnes qui arrivent chaque jour demander de l’aide à l’Association, est une inconnue permanente.

A part l’engagement dans le conseil d’administration auquel je participe, presque toutes dans la communauté sommes engagées comme bénévoles, réalisant divers apports à l’Association. En elle, il y a très peu de personnes ayant un contrat salarié ; la grande majorité des collaborateurs, tant laïcs que religieuses, nous sommes bénévoles et participons gratuitement.

L’expérience dont je veux vous parler, nous la coordonnons, une laïque et moi. Elle se situe dans le domaine de la formation et a été subventionnée par différentes institutions. Le cours s’appelle : « Manutention et Cuisine Pratique » ; un atelier est organisé chaque trimestre et inclut à la fois théorie et pratique ; il donne les compétences pour pouvoir travailler dans de nombreux domaines du secteur hôtelier. Ce cours est très apprécié parce qu’il est très complet.
L’inscription se fait « en ligne », c’est une nouveauté de cette année. Le 1er février la page Web pour la pré-inscription de cet atelier a été ouverte (25 inscrits et 3 sur liste d’attente). Sur la pré-inscription est notée le jour où ils devront se présenter au centre pour formaliser l’inscription et payer 5 euros, ceci pour renforcer le niveau d’assiduité aux cours.
L’ensemble du cours comprend :
1- Manutention des alimentsl, c’est une entreprise externe au Centre, habilitée au niveau légal, qui le dispense. Après ce cours, les stagiaires doivent passer un examen pour valider leur aptitude. Cette validation est requise pour pouvoir accéder aux cours suivants.
2- Formation professionnellel : c’est un psychologue du travail, en activité, qui intervient et essaie de montrer aux étudiants comment s’affirmer pour trouver un emploi.
3- Nutritionl, cours dispensé par un nutritionniste en activité qui essaie de leur enseigner la partie théorique concernant les aliments, leur composition, à prendre en compte pour un régime alimentaire équilibré.
4- Risques professionnels, cours assuré par une travailleuse sociale, qui traite de la manière d’adapter le travail à la règlementation en vigueur dans le domaine de l’alimentation.
5- Pratique de la cuisinel, pendant deux semaines consécutives. Un groupe de bénévoles s’y connaissant dans ce domaine anime cet atelier.
6- Pratiques de travail : c’est un pas de plus dans l’apprentissage de la pratique de la cuisine, cette fois, dans une salle à manger collective (35heures), selon les possibilités de chacun, en tour de matinée ou d’après-midi.
Après tout cela et avec ce que cela suppose pour les participants et pour nous, pour conclure, nous remettons à chacun son DIPLÔME, avec au dos la liste des contenus du cours, y compris les pratiques professionnelles. A ce moment-là, nous leur remettons aussi les bourses de transport reçues pour ce cours.

Piedad Núñez Ortega, communauté de Tetuán

Photo : un moment du cours de manutention des aliments , un bénévole devant la porte de Puente de Esperanza avec le nouveau conseil d’administration