Fête de saint Dominique au Brésil

Published : 25 August

Nous voulons parler de Dominique, parler d’août : Faire germer le germe de notre vocation et de notre mission

En commémoration de la fête de Saint Dominique de Gusmão, célébrée en ce mois d’août, nous partageons nos célébrations dans différents moments de la vie ecclésiale de nos communautés, avec les laïcs des fraternités, les frères et sœurs dominicains. Temps de joie et d’espérance enrichi par le parcours synodal, en tant que membres de l’Ordre des Prêcheurs, et imprégné de l’esprit motivant du père et fondateur, intercesseur des innombrables grâces obtenues par les personnes de foi et de témoignage.

Le mois d’août a beaucoup à nous apprendre. En son sein, ici au Brésil, nous parlons de toutes les vocations. Oui, lors de chaque dimanche, l’Eglise motive tous les chrétiens à célébrer l’annonce et l’itinéraire vocationnel. Nous sommes tous des vocations de Dieu ! Nous parlons de manière ancrée d’une expérience profonde de l’amour qui vit en chacun de nous. Cette certitude de vivre notre vocation qui se réalise dans la vie vocationnelle des autres. Nous sommes des témoins, à l’exemple de Marie de Nazareth, Marie de Magdala, Catherine de Sienne, Sainte Rose de Lima, Saint Jean Macias, la Communauté Montesinos en Amérique, Dominique de Guzmán et tant d’autres dans notre histoire qui ont fait et font l’alliance sur les chemins du Christ ressuscité.

En août, nous apportons la bonne nouvelle des graines dormantes et d’autres déjà dispersées par les vents du monde, qui nourrissent la terre, sur les chemins de la vocation et de la mission. Et en parlant de graines dispersées, celles qui ne meurent pas, mais qui engendrent la vie et donnent des fruits qui restent (Jn 15, 16), nous célébrons Dominique de Gusmão, en contemplant sur son visage l’appel à la transformation, le désir de ce qu’il a su être en son temps et aujourd’hui, nous cherchons à vivre son idéal à travers toute la Famille Dominicaine. Nous sommes appelés et poussés toujours plus pour le témoignage de la vie qui vainc la mort et nous donne le salut. Parler de vocations, c’est parler de jardins, de graines, de fleurs, de bourgeons et de tout l’épanouissement de la vie, de la prise en charge intégrale dans des pratiques concrètes. Nous voici avec les vents venant de Caleruega, portant des messagers de la Parole, en contact avec les plus pauvres et les plus exclus : personnes et familles vivant dans la rue, hommes et femmes prostitués, communautés traditionnelles et peuples indigènes, migrants et réfugiés, gitans, chômeurs, familles vivant dans des bidonvilles, des marais et dans la périphérie géographique des villes ? Combien d’identités dans les processus du CRSD ? Et beaucoup d’autres que nous voulons et désirons soutenir comme vie religieuse consacrée, en réponse à la réalité.

Avec le témoignage de la sainteté et de l’infatigable prédicateur, Dominique a su être, tout au long de sa vie, disciple et adepte du Christ, et pour cette raison les récits de son itinéraire enchantent et passionnent de manière naturelle et très actuelle tous les chrétiens, hommes, femmes, enfants et jeunes. Un homme solidaire de Dieu et des hommes, modèle d’une Église de communion, de participation et de mission. La vie de Dominique apporte la proclamation de la grâce et, bien qu’il ait vécu si loin de l’Amérique, sa présence jette le regard vers les horizons et la fidélité de tous ceux qui se sentent attirés, dans leur vocation et leur annonce du Royaume, à proclamer la Vérité.

Enfin, nous célébrons le mois d’août, le mois des vocations ! La vie consacrée, dans toute sa pluralité, est un don de Dieu pour l’Église et le monde ! Ainsi, nous laissons ici la trace de moments précieux et l’expérience de notre spiritualité, de notre charisme et de notre prédication.

Dans la joie et la fraternité,

Sr Luciana Souza

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)