Italo-Suisse : Samedi 22 septembre - Jour de fête et d’action de grâce à Saint-Dominique...

Publié le : 27 septembre

Nous fêtons 2 événements majeurs : les 90 ans de sr Marie-Emmanuel et le départ dans quelques jours de sr Marie Alexandra pour la province de France.

Beaucoup de sœurs sont là mais aussi des amis de longue date, des anciennes et les membres du personnel de l’école. Tous ensemble nous célébrons l’eucharistie pour "rendre grâce" pour tout ce que nos sœurs ont vécu et tout ce qu’elles ont donné à la Province et dans leurs missions. Puis lors du repas fraternel qui nous réunit cadeaux et discours accompagnent un magnifique gâteau fait par Stefania qui ouvre la route à l’avenir...

Allocution prononcée pour les 90 ans Sœur Marie Emmanuel

Chut…chut… Nous sommes le 12 septembre 1928. Un papa et une maman émus contemplent une petite Monique toute mignonne qui vient de naître. Ils s’interrogent : « que sera cette enfant ? » on veut pour elle le meilleur, bien sûr et quand viendra le moment de songer à son éducation, on cherchera avec soin à qui la confier ; or, comme on sait « Les jeunes filles de bonne famille vont au couvent des Oiseaux. Elles tricotent des résilles et font de la peinture à l’eau… »
Dieu se tait prudemment. « Est-ce le tricot ou la peinture à l’eau qui vous déplaisent ou la sévérité de l’éducation ? » Toujours est-il qu’après un essai, la directrice conseille aux parents désolés de chercher pour leur fille un autre type d’éducation pour l’année suivante.
Les parents inquiets se demandent à nouveau : « mais que sera cette enfant ? » Dieu, Lui, se tait encore mais sourit et comme Il aime les enfants qui ont du tempérament, Il va aider les parents à trouver un autre type de collège et leur fera découvrir les Dominicaines d’Asnières. « Essayons » murmurent les parents. Or, Monique trouvera là la liberté dont elle avait besoin pour s’épanouir. Et Dieu sourit toujours…
Après, tout va s’enchaîner : les études, l’appel de Dieu – qui, cette fois a parlé et s’est fait enjôleur – les années de formation dans la congrégation de Sèvres-Monlignon. Monique, devenue Sœur Marie Emmanuel, est arrivée au port… du moins elle le croit naïvement mais l’aventure ne fait que commencer !!!!
Elle va vivre avec ses sœurs l’évènement de la fusion de 4 puis 5 congrégations dominicaines en une seule Union qui deviendra la C.R.S.D. « Comme cette fusion est belle » disions-nous, nous, les jeunes sœurs de cette époque, arrivées une fois la fusion réalisée, avons trouvé cela formidable, totalement inconscientes que nous étions des détachements que cela a demandé à nos aînées.
1963 : Vous êtes assignée à la communauté de Nantes, une communauté fraternelle, chaleureuse que vous avez beaucoup aimée.
1968 : Et puis c’est l’appel impérieux d’arriver à Rome le plus vite possible ; vous partez avec le minimum nécessaire dans une valise… à votre arrivée Via Cassia on vous appelle à la villa ou se tient le chapitre général. Sans préambule on vous fait entrer dans la salle du chapitre ou la prieure générale vous désigne une chaise : « asseyez-vous ici, Sœur Marie Emmanuel, vous venez d’être nommée économe générale. » Alors là, c’est la panique totale. Dieu peut bien sourire, vous, vous ne souriez pas du tout. Vous n’avez sûrement rien suivi de la séance en cours… et puis, comme chaque fois, mais en tremblant, vous avez dit : « D’accord, Seigneur ».
Années riches, reconnaissez-le, en connaissance de la Congrégation : vous voyagez dans les quatre continents, vous apportez votre compétence et votre soutien fraternel dans les communautés…
Nos rapports avec vous s’enrichissent de votre priorat de la communauté Via Cassia. Vous alliez un tonus spirituel à une grande capacité d’écoute. Vous réconfortez vos sœurs…
Vous souvenez-vous de votre élection de provinciale à Ganghereto ? Au retour vous conduisez le petit car sur le chemin étroit qui mène à la route principale et dans l’émotion vous faites une embardée dans le fossé et vous constatez : « eh bien, ça commence mal si je mets la province dans le fossé ! » Non, vous ne l’avez pas mise dans le fossé ; vous l’avez soutenue, développée, attentive à chaque communauté, à chaque sœur. Vous êtes pour chacune de nous l’écoute incontournable. Vous nous avez soutenues dans les initiatives comme dans les moments difficiles, attentive à la vie apostolique, ici plus particulièrement à l’école… mais aussi aux fondations…
Vous nous avez réconfortées dans les moments de crise mais surtout vous avez su allier l’esprit de décision avec une douceur (qui n’était pas jouée au départ) et dont nous avons toujours bénéficié : bravo Seigneur, merci Manou, à moins que ce ne soit : bravo Manou, merci Seigneur !
90 ans ! On dit que le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas… le corps aussi a ses raisons ; il renâcle parfois mais alors en bon ouvrier qui a longtemps travaillé dans la vigne du Seigneur, il ne vous reste qu’à vous blottir dans la tendresse de Dieu qui vous sourit à plein cœur. Nous vous le souhaitons avec toute notre affection reconnaissante…

Discours pour Sœur Marie Alexandra
Rouen – Rome – Roubaix… Ro-Ro-Ro pour une Rocquigny… c’est la voie royale et non le triangle des Bermudes ! Ce sont pourrait-on dire les trois grands axes routiers de ton chemin à partir des quels tu as rayonné et déployé toute la richesse de ta personne entre stabilité et itinérance… En vie dominicaine, ça marche ensemble !
Si l’on pense à notre vénérable Institut Saint-Dominique, ton nom et ta personne y sont comme naturellement associée, une présence du quotidien qui en tisse l’histoire… l’association des Anciens Elèves en est une pierre vivante… Au cœur même de cette stabilité fidèle, tu as su pourtant à maintes reprises reprendre ta valise et franchir les frontières pour des séjours aux horizons divers.
Arrivée à Rome en septembre 1961 de ta Normandie natale, en voiture, accompagnée de papa et maman, munie de la valise conventuelle et du matelas, s’il vous plait, acheté sur place je précise, tu franchis aujourd’hui la frontière, pas tout à fait la même, parce que tu n’es plus tout a fait la même, enrichie de cette longue expérience de vie et de vie religieuse… et pourtant me semble t’il avec la même enthousiasme de fond qui nait d’un cœur épris de son Seigneur, prête à lui donner jusqu’au bout ce tout de toi… Et c’est ce « tout » qui te pousse aujourd’hui vers cette nouvelle aventure, au sein de notre grande famille CRSD, tes sœurs de France et de Roubaix t’attendent et tes sœurs de Rome et d’Italo-suisse t’accompagnent et reçoivent à travers toi un fil de plus dans ce tissage de nos entités… 57 ans plus tard donc, c’est toujours en 4 roues, avec quelques cartons en plus, à l’image de toutes les expériences engrangées et … sans matelas, laissé à Rome, je précise à nouveau… accompagnée cette fois, non plus de papa et maman, encore que, assurément ils veillent sur toi et nous accompagnent sur ces routes, mais de ta sœur au volant de « l’amico blu »… Un voyage un peu fou à l’heure où tout peut se franchir en un rien de temps par nos communications super rapides mais un voyage qui a le sens de « prendre le temps » de rouler ces km, de franchir les étapes, d’accueillir la nouveauté de la route… par la route. Ce n’est pas un voyage initiatique mais cela s’en rapproche… un voyage qui accueille toute la route parcourue pour en faire trésor et s’ouvrir à de nouveaux chemins de fraternité, à l’heure ou notre Congrégation choisie de tisser plus forts ces liens de « corps »…
Nous ne pourrons pas nous permettre de repasser par toutes les étapes parcourues au cours de tes 57 années mais il nous en manque peu pour faire de cette route un pèlerinage sur ta terre sacrée…
De Rome donc, nous partirons…
De st Dominique où tu t’es donnée de bien des façons et j’en oublie assurément : directrice du primaire de 1968 à 1976, travail auprès des internes, en catéchèse et pastorale, création et le développement de l’Association des Anciens…
De Mater Spei, communauté qui t’a accueilli et que tu as accueilli et servi pendant de longues années, de 1961 à 1996 avec un petit saut ds la cté San Domenico, puis de 1999 à 2018…
Et de 96 à 99 ? 3 années d’itinérance… Un concentré d’ouverture à l’inter…3 lieux, 3 communautés, 3 expériences bien différentes : d’une province à l’autre, d’une communauté à l’autre, d’une congrégation à l’autre… riches expériences en Famille Dominicaine.
Notre route Rome-Roubaix en revisitera deux sur trois… Etonnante coïncidence !
En 1996, alors qu’une jeune postulante arrivait à Rome, de son ouest français, en voiture elle aussi… tu t’envolais, toi, vers le Canada, vers Montreal, chez nos sœurs, pour une année je crois inoubliable… Notre jeune postulante, reprend aujourd’hui le volant avec toi cette fois et avec joie pour t’accompagner dans cette nouvelle itinérance… Nous nous arrêterons pour notre 1ere nuit à Ganghereto, communauté qui t’a accueilli à ton retour du Canada et à laquelle tu t’es donnée pendant une année… Tes valises n’étaient sans doute pas toute à fait défaites et l’attrait ou/et l’appel pour un nouveau service et un nouveau projet en … inter… t’ont remise en route en compagnie de deux autres sœurs… Ce ne sont plus les grands froids canadiens mais quand même le bon air suisse que tu vas trouver pour cette année 98-99 au service de l’hôtellerie du monastère des dominicaines d’Estavayer le Lac… Ce sera notre 2ème étape : Ganghereto-Estavayer, un retour à « la source », tel est le nom de la maison d’accueil… un retour en fête puisque nous en profiterons pour célébrer les 80 ans de notre sr Marie Nadine bien connue par beaucoup d’entre vous… Voyez donc comme cette route est jalonnée de souvenirs et de fêtes ! C’est dans la joie que les montagnes se franchissent ! Nous atteindrons Roubaix après cette dernière étape… Nous nous épargnerons le Paris-Roubaix, le vélo n’est pas ce que nous préférons et « amico blu » nous est plus sympathique !
Terminus ? Pas du tout… Et si je te souhaite chère Alex, de poser test valises d’abord et de te poser ensuite dans cette nouvelle communauté et cette nouvelle province, c’est bien afin de porter encore beaucoup de fruits, des fruits gorgés du soleil de l’Italie en terre cht’i, gorgés de ton expérience et de tes talents, gorgés de la joie du don, de la joie d’être toute entière au seigneur, dans un élan qui ne se laisse jamais appesantir par le poids des ans !
Tu as reçu le 8 septembre avec ton assignation à la province de France un petit pot de terre contenant des graines de fleurs… puissent-elles être à l’image de ta vie, encore lumineuse, odorante, vivante… prends en soin !
Et dernier mot… terminus du discours… Quel cadeau peut-on offrir à une itinérante pour lui assurer une certaine stabilité, à une voyageuse qui aime rouler… ? Non, nous ne t’offrons pas une bicyclette pour le Paris-Roubaix… il est pourtant bien probable que tu le fasses ce Paris-Roubaix… alors dans tous ces allées et venues, l’important est de ne pas perdre le nord et de garder le cap… ! Un GPS accompagnera tes déplacements, charmera tes voyages de sa voix cristalline et te remettra sur le bon chemin… du moins sur celui que lui considère bon… mais mi raccomando, garde quand même ton bon sens !

Pour vous unir par la prière à la fête, voici une intention de prière partagée ce jour-là au cours de l’eucharistie :
“Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux…”
Quel plus beau verset pour rendre grâce et confier au Seigneur la vie et la terre de nos sœurs Marie Emmanuel et Marie Alexandra !
Que la Parole accueillie, méditée, incarnée et annoncée par leur vie en communauté fraternelle, au service de la mission et du gouvernement dans notre Famille Dominicaine puisse aujourd’hui encore nourrir le temps que tu ouvres devant chacune d’elle, que cette Parole semée dans leurs cœurs que nous reconnaissons vraiment bons et généreux, puisse porter des fruits encore abondants et savoureux sur l’arbre de leur vie

Document(s)

90_ans_soeur_marie_emmanuel.pdf (188.3 ko)

 27 septembre 2018


discours_sr_marie_alexandra.pdf (88.6 ko)

 27 septembre 2018