Le Pèlerinage du Rosaire 2018, vu par... Sr Marthe Marie Lartisien

Publié le : 14 octobre

Lourdes, pour moi, c’est toujours l’inattendu, la joie des rencontres, la soif inassouvie d’en faire encore plus.

Inattendu, ce pèlerinage. Tout à coup une place se trouve libérée, à l’hôtel comme dans le car…
L’appel à retrouver la foule priante, la grotte, les piscines, le silence du chemin de croix dans la montagne ; le souvenir de l’onction des malades, reçue en 2001 : tout cela me redonne élan et entrain.
Les rencontres : d’abord les jeunes de « nos »écoles. A la messe d’ouverture, j’étais avec eux, assise par terre dans les premiers rangs, sûre de leur parler à la fin de la célébration. Joie de voir se joindre à la spiritualité dominicaine, des jeunes de Nicolas Barré ; Jean-Baptiste de la Salle ; les classes « Sanitaire et Social » de St Jude à Armentières ou Le Havre ; et bien d’autres.
Parmi les célébrations communes, la veillée pénitentielle a été un temps très fort. Une foule remplissait la basilique St Pie X, et pendant des heures, malades et bien-portants se sont confessés à des prêtres très nombreux… et pourtant pas encore assez puisque, les jours suivants, tout autour de la chapelle des Confessions, nous pouvions trouver un confesseur.
Tout le cheminement de ce pèlerinage : du pardon à l’eucharistie, à l’onction des malades, à l’envoi, en lien avec le thème :" Faites tout ce qu’il vous dira « est une mise en route. Et pour avancer sur le chemin, le prédicateur nous a proposé d’emprunter les sabots de Bernadette : » Dans leur pauvreté et leur simplicité, Ils sont beaux comme l’est notre vie quand nous la mettons au service de l’évangile ".

Sr Marthe Marie Lartisien

Photo : Sr Marthe Marie explique le chapelet à une jeune fille qui l’interroge