Temps de l’Avent, temps de retraite

Publié le : 29 novembre

L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie et elle conçut du Saint Esprit.
Elle gardait toutes ces choses dans son cœur… Lc 2,19

De l’Annonciation à la Nativité, Marie vit son temps d’attente, son temps d’Avent : neuf mois, où comme toute femme enceinte, elle porte en elle le mystère de la vie.

Une vie qui grandit lentement en elle. Joies… souffrances… espoirs… doutes…

Une vie qui va venir au jour mais qui n’est pas encore manifestée ouvertement. Quel sens a donc ce temps de l’attente ? Il peut sembler inutile… neuf mois, que c’est long ! Mais la mère sait bien que cette gestation lente et patiente engendre la vie. En ce temps de l’Avent, Marie ne nous apprend-t-elle pas à repenser nos vies « autrement » ? À redonner un sens nouveau à nos périodes de vie apparemment « infécondes » ? Le temps de la maladie ou du vieillissement peut en être une. La tentation est alors d’entrer en désespérance, car « je ne peux plus rien faire », « je ne sers à rien », « quel sens a encore ma vie dans cette inactivité » ?

Marie enceinte… neuf mois d’inutilité ? Non, bien sûr ! Ce temps a un sens, cherche-le… Ce temps est un appel et une responsabilité à vivre plus en profondeur, accueille-le…

Crois que la Vie est là, déjà. Crois que la Vie va naitre, bientôt. Alors, réjouis-toi !

Sr Thérèse Marie Boillat