XVIIe Assemblée générale de CODALC à Lima, Pérou

Published : 14 February 2023

“Devenir une famille charismatique, en approfondissant la dimension mystique, prophétique et synodale”.

"La profondeur n’est pas devant nous ; la profondeur nous implique et embrasse notre vie". (Antonietta Potente)

Du 26 janvier au 1er février, la XVIIe Assemblée générale de CODALC, qui a eu lieu à Lima, au Pérou, au Collège Jésus des Sœurs Missionnaires Dominicaines du Rosaire, a rassemblé une grande participation de Sœurs Dominicaines de diverses congrégations, Fédérations et Secrétariats nationaux, étant une rencontre de fraternité et de profonde réflexion, d’écoute et de partage. Antonietta Potente, OP, docteur en théologie morale, écrivain et religieuse de la Congrégation des Sœurs Dominicaines de Saint Thomas d’Aquin. Elle a vécu pendant plusieurs années en Bolivie, collaborant à des congrès sur la vie religieuse et la théologie latino-américaine. Plus récemment, lors du Jubilé des 800 ans du départ de notre Père Saint Dominique, elle a accompagné les réflexions dans les célébrations de certaines de nos Fédérations.

Sr Antonietta Potente nous a aidés à approfondir le thème de notre Assemblée : “Devenir une famille charismatique en approfondissant la dimension mystique, prophétique et synodale”. Avec la richesse de ses mots, elle nous a présenté quelques points sur la dimension de sentir la vie dans ses incertitudes, sur le voyage intérieur, en allant en profondeur, en attribuant l’importance de penser avec sagesse et de prophétiser, au-delà de l’exercice de la parole.

Dans ce temps historique et très particulier que nous vivons, nous avons été renforcées pour identifier les mots “s’éveiller et renaître”, et en tant que femmes éveillées et attentives, sages et prophétiques, pour éblouir dans nos pensées que nous sommes appelées à vivre notre charisme dans sa pleine signification, parce que le CHARISME EST UN DON. Le charisme, c’est faire plaisir, rendre service, vivre en rendant service. Nous ne pouvons donc pas réduire ce sens à une simple réception dont nous pourrions nous vanter. Il est nécessaire de vivre en rendant des services et en partageant des dons. Être vrai et fidèle dans l’amour, comme Dominique. Il est urgent de vivre l’amour et de là, doivent naître l’inspiration et la créativité. Lâcher les idées et les rêves qui sont si prêts et construits dans les routines de notre conscience en aimant seulement ce qui nous appartient.

L’invitation est de se réveiller et de naître chaque fois que nous nous réveillons, dans une nouvelle possibilité dans les interpellations et la poésie, parce que la poésie nous donne la possibilité de ressentir dans notre plus profonde stupeur, l’étonnement. Il se peut que nos vies manquent de stupeur : “s’étonner” ; s’étonner signifie sortir de l’ombre, de l’obscurité et ensuite naître, toujours naître. Sortir de l’ombre et enfanter, c’est-à-dire apporter la vie à la lumière. Il s’agit d’un sentiment, d’un sentiment profond qui ne s’installe pas dans la “prose” comme le dit Emily Dickinson, c’est-à-dire qu’il n’est pas enfermé dans la certitude des mots, de ce que nous savons, mais il est plutôt prédisposé à naître à nouveau, chaque fois, en laissant la vie être le don de la parole.

"Dans le cercle de la vie, nous sommes en recherche, éveillés et attentifs, et c’est le savoir de l’expérience, le savoir qui nous prédispose à renaître. Et chaque fois, “nous devons regarder la réalité non seulement pour savoir, mais pour attendre la révélation et continuer à aimer”. Dominique nous a enseigné une façon de répondre à l’amour. Dans la connaissance profonde de nous-mêmes, comme nous le dirait Catherine de Sienne, parler d’amour n’est pas parler d’un thème, mais d’une expérience qui naît en nous et qui se transforme en nous. L’amour vit en nous et grandit avec nous et est comme le mouvement féminin ancestral de la spirale ; partir de soi, être en soi et sortir de soi pour repartir de soi. Parfois nous sentons ce mouvement en nous-mêmes, parfois nous le reconnaissons dans l’histoire d’autres femmes parce que l’Amour nous a rendu si libres".

Dans cet engagement profond à vivre le charisme dominicain, l’assemblée de CODALC a laissé de nombreux ECHOS et HORIZONS pour notre voyage : Le réveil comme une opportunité quotidienne de naître de nouveau.
- Attention à la transformation de nous-mêmes.
- Réveiller la première radicalité qui est intemporelle parce qu’elle est toujours présente et nouvelle. Il est difficile et stimulant de rester dans le présent.
- Nous vivons un temps pour écouter et regarder.
- Une réponse contre-culturelle serait de répondre à partir de nous-mêmes, de notre mystère féminin. C’est un défi.
- La vie extérieure et intérieure est une façon unique d’être : ce n’est pas de l’action contemplative
- Être une présence d’amour et avec l’amour. L’amour éternel et créatif de Dieu, le premier amour.
- Aller vers les profondeurs, marcher depuis les profondeurs, être plus contemplatif, moins superficiel.
- Il est important de ne pas se distraire en faisant des choses.
- Notre charisme n’est pas notre “travail”. Le charisme s’incarne dans la vie, dans ma vie.
- Récupérer le rôle très important de nos femmes dans l’Ordre, car l’Ordre est né du rêve d’une femme. Soyons solidaires des femmes.
- Nous avons une manière d’être et c’est notre féminité dans nos manières de prier, de travailler, mais en tant que femmes nous avons aussi une dette envers la société. Le pouvoir a été exercé de manière masculine. Comment être des femmes dominicaines tisseuses d’amour ? Que lisons-nous, qu’est-ce qui nous nourrit ?

Nous apportons les échos de nos journées de réflexion en propositions, et celles-ci deviennent des horizons pour la formation initiale intercongrégationnelle, dans les nouveaux espaces de formation et de partage en commun dans les Fédérations, sur le rôle des femmes, la dimension de la spiritualité dominicaine, la profondeur et l’imagination, les stimuli pour former et vivre des communautés intercongrégationnelles et les expériences missionnaires en commun des Fédérations où la vie dominicaine et la prédication se renforcent, surtout pour les nouvelles générations.

Nous avons une grande motivation, l’annonce de la connaissance est de continuer à créer, à partir de notre vision et à l’écoute de la réalité, la mise à jour des différents chemins du charisme de notre Famille dominicaine présente en Amérique latine et dans les Caraïbes, et dans le monde entier. “ L’éveil privilégié ne doit pas nécessairement se faire à partir du sommeil. Puisque le sommeil et l’éveil ne sont pas deux parties de la vie ; puisque celle-ci, la vie, n’a pas de parties, mais des lieux et des visages. [S’éveiller sans image, surtout de soi, sans image de la réalité, c’est le privilège de cet instant qui peut passer insensiblement, en laissant cependant une trace ; une trace inextinguible [...] On naît, on s’éveille. Le réveil est la réitération de la naissance dans l’amour préexistant [...]”. (María Zambrano, El despertar, Claros del bosque, en Obras Completas, Galaxia-Gutenberg, Barcelona, 2018, IV, I, pp. 84-85.)

Que la présence divine continue à nous accompagner dans la mission et que l’intercession de notre Père Saint Dominique nous aide à être des femmes annonciatrices de la Parole libératrice de Dieu, surtout là où la vie nous appelle.

Nous rendons grâce à Dieu pour les fruits de sagesse de cette rencontre et pour la nouvelle équipe qui accompagne les sœurs dominicaines d’Amérique latine et des Caraïbes.

Avec une affection fraternelle,
Sr. Luciana Vinícius de Souza

Regardez les photos ici : http://bit.ly/3RkrBv7