Bénin : Semaine Laudato Si

Publié le : 28 mai

Le jardin de la « maison commune »

Dans Laudato Si, le Pape François souligne, parmi d’autres, un aspect du grand problème de la pollution : celui de millions de tonnes de déchets, non biodégradables, qui font que « la terre, notre maison commune, semble se transformer toujours davantage en un immense dépotoir » LS, 21. Et le Pape lie cette pratique nuisible à un thème qui lui est très cher, la culture du déchet : « qui affecte aussi bien les personnes exclues que les choses, vite transformées en ordures. » LS, 22.
A la fin de son encyclique, il nous appelle à parcourir un chemin de conversion écologique pour « vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu » LS, 217.
La méditation de ces textes a été à la base du petit projet que nous avons mis en place les sœurs de la communauté de Parakou.

Description du projet : Le jardin de la maison commune.

Objectifs  :
> Transformer un espace urbain, qui servait depuis des années à jeter toute sorte de déchets, en un jardin pour la culture de maïs, de sésame, de crincrin, de tomates, des aubergines…
> Produire des aliments qui puissent nous nourrir et nourrir des personnes qui manquent de ressources parfois pour avoir un repas par jour.
> Inviter la population du quartier, par l’exemple, à la récupération d’autres terrains de dépôts d’ordures, pour qu’ils deviennent des espaces de vie, de beauté et de santé.

Lieu  :
Un petit terrain, en face de la maison du noviciat, à Parakou, prêté par nos Frères Dominicains de Cotonou.
Protectrices et protecteurs :
> Les sœurs et femmes, créées par Dieu pour transmettre la vie, qui ont nettoyé et semé le champ, et qui prennent soin de lui pour que le Divin Jardinier lui fasse donner du fruit,
> Les Frères Dominicains, propriétaires du terrain, qui nous ont permis d’utiliser l’espace pour faire le jardin,
> Les jeunes qui nous ont aidées à labourer la terre,
> Claude, le jardinier et artiste, qui a travaillé le champ, a fait la clôture et a été le dessinateur du message à transmettre : « Prenons soin tous ensemble de l’environnement »,
> Un couple espagnol qui a voulu exprimer sa solidarité avec ce projet écologique, à travers le partage pour l’aménagement du terrain, l’achat des outils et de semences, la gratification aux jeunes…

Répercussions multiples :
> L’assainissement du lieu qui évitera de dégager des mauvaises odeurs et d’être source des infections et maladies. Il deviendra un poumon d’oxygène,
> La production d’aliments-bio, sans engrais, sans pesticides… importante surtout en ce moment de crise où les prix ont monté,
> L’éducation de la population à l’écologie, non par des grands discours mais par ce tout petit projet que nous désirons voir se multiplier dans le quartier et ailleurs,
> La collaboration avec Dieu pour protéger son œuvre créatrice et qui nous rendra de plus en plus sensibles et attentives aux clameurs et souffrances de la terre et des pauvres.

Sœur Carmen Pardo

Et pour conclure la Semaine de Laudato Si, nous avons joint à la prière universelle, proposée pour le 24 Mai, la plantation d’un tamarinier. (cf. photo ci-dessous