Des nouvelles de la situation à Belo Horizonte, Brésil

Publié le : 30 janvier

« …nous ont témoigné une humanité peu ordinaire »
(Act 27, 18 - 28,10)

Belo Horizonte, 27 janvier 2020

Chères sœurs,

Encore une fois en plus, nous vivons un moment de douleur et de souffrance avec des personnes à cause des fortes pluies du mois janvier. Encore nous pleurons la tragédie de Brumadinho, qui a eu lieu le 25 janvier 2019. Sur nos visages il y a encore la trace des larmes qui ont coulé en criant pour la vie et contre l´ignorance, l´abandon et l’injustice face à tant de formes de mort. Le cri de l’espérance résonne encore au milieu de la boue et des inondations, et nous agissons avec JUSTICE et PAIX. Avec le peuple qui souffre et qui regrette son malheur, nous voulons et nous recherchons une réponse !

Avec la tempête à Belo Horizonte et dans d’autres régions du pays, beaucoup des personnes vont perdre leurs familles et leurs maisons. Déjà, nous sentons la douleur face à tout ce désastre. Nous portons nos sentiments dans nos cœurs et nos esprits, nous ressentons de l’impuissance face à ces nombreuses pertes de personnes avec qui nous vivions au quotidien. Tout est visuellement dévastateur. Ici, à Barreiro, dans les communautés de la paroisse Christ Rédempteur où nous sommes présentes, les personnes pleurent la perte de leur petite baraque. Ils ont sans documents, sans vêtements et encore pire, sans maison ! Dans la salle de la chapelle Notre Dame Aparecida – Ville Cemig il y a 30 personnes adultes et 72 enfants et adolescents. Parmi les victimes, il y a sept personnes de notre entourage – une mère et ses trois fils et trois autres personnes de la même famille. Tout cela, ne sont que pas de tristes nouvelles que nous entendons à la radio ou à la télé, malheureusement nous avons plus de 85 familles évacuées sous nous yeux.

Une mère est décédée en embrassant ses fils : Parmi les victimes se trouve une femme qui travaille dans un magasin de vêtements qui est décédée en embrassant ses deux fils, le plus l’aîné de six ans et l´autre de six mois. Ce cas a eu lieu à Ibirité, ville de la région métropolitaine de Belo Horizonte vendredi.

Le nombre de morts à Minas Gerais s´élève déjà à une dizaine et environ 17.000 personnes sont évacuées ou sans abri, sans pouvoir retourner chez eux à cause du risque des effondrements. L’incertitude des pluies, l’absence de structures et le début d’épidémies, préoccupent également ces pauvres gens.

Avec ce message, je veux souligner et valoriser la solidarité dans tous les gestes présents. Les personnes se sont engagées, le 100% à être un signe de Dieu, transformant les sentiments de douleur en attitudes de communion, accueil, humanité, courage, amour et compassion dans les maisons et la saille des églises à travers des donations de vêtements et de nourriture. Chaque personne dans son être différent fait présent le Roiyane. Que le travail continue et fait son chemin.
Dans nos prières, nous demandons de vivre une spiritualité du service, comme caractéristique de ce temps de lutte et de défense de la VIE pour vivre toujours en mutirão (entraide).

Affectueusement, Sr Solange Damião

Photos : Visite des srs Solange Damiao et Ronilda Penha au local d’aide, dimanche 26 janvier 2020.
Service de la Fraternité Laïcs Dominicaine avec le réseau des bénévoles de la Vila Cemig.