Espagne : Projet diocésain et intercongrégations de Pastorale pénitentiaire dans le diocèse de Las Palmas

Publié le : 3 mai

Ma récente incorporation à la pastorale de l’Ile de Grande Canarie et les nouveaux destinataires.

La pastorale pénitentiaire est un projet qui en inclut beaucoup d’autres en faveur des personnes emprisonnées dans les deux centres pénitentiaires de l’île de Grande Canarie. A y collaborer nous sommes des prêtres diocésains, des religieux et religieuses de diverses congrégations ainsi qu’un bon nombre de laïcs. Le travail se fait dans trois domaines : juridique, social et religieux. Le plus développé est le domaine social avec un travail de grande qualité et fécond. Il existe des appartements d’accueil pour les temps de permission de fin de semaine pour ceux du niveau 3. Il y a aussi des appartements de réinsertion pour ceux qui sortent de là sans avoir aucune alternative… Il y a un potager écologique où une insertion dans le travail est possible par la culture et la vente des produits... Les activités de pastorale à l’intérieur des centres sont également variées. Le domaine religieux était le moins développé, vu qu’il peut se faire en fonction du volontariat qui arrive ; c’est pourquoi il m’a été proposé de commencer un nouveau projet dans ce domaine.
A quatre bénévoles nous animerons des groupes à la suite de Jésus comme source de sens, des espaces de rencontre et de croissance dans la foi. Deux de ces volontaires avaient déjà commencé, mais maintenant nous démarrons sur une nouvelle ligne de travail d’équipe. Après une invitation explicite au cours de l’eucharistie dominicale à laquelle assiste un bon groupe de chaque prison, j’ai eu une entrevue avec chacune des personnes qui s’étaient inscrites, j’ai écouté chacun pour connaître sa situation, ses attentes et pu transmettre la proposition préparée par la commission. Il est significatif de constater comment de nombreuses personnes trouvent du temps en prison pour se poser des questions et réfléchir.
Les rencontres à la prison ont toujours un impact mais à la première rencontre du groupe comme tel, le désir de changement exprimé à travers diverses paroles par chaque participant m’est apparu comme un signe fort de vie et de Vie : « Je veux profiter de tout le temps que j’ai ici pour m’améliorer, changer beaucoup de choses dans ma vie, apprendre à l’école, apprendre la langue. Je viens ici pour mieux connaître Jésus et qu’il m’aide. J’en ai grand besoin. Je prie beaucoup et cela me sauve. Je veux être une personne meilleure. J’étais une personne normale, j’avais de bonnes choses avant le délit. Que je puisse changer et ne pas continuer sur le même chemin… ». A travers des témoignages comme ceux-là je découvre que la prison est vraiment un lieu où il est possible d’annoncer l’Evangile, la Bonne Nouvelle de Jésus, et d’accompagner la croissance dans la foi de ceux qui le souhaitent. De fait, c’est ce que j’essaie de faire, ce qui est une joie pour moi.
Je pense beaucoup au Père Lataste et à d’autres dominicains que j’ai connus, engagés dans cette forme de pastorale. Qu’ils nous accompagnent pour que nous puissions cheminer avec ces personnes privées de liberté vers la rencontre avec Jésus, sens de toutes les vies.

Maspalomas, 23 avril 2018
Sr Carmen Lanao