Les chroniques de Salamanque : dimanche 7 août 2022 (2/2)

Publié le : 7 août

Sr Aurore Gangnido Gai (Espagne) a participé à l’atelier « Comment passer le relai aux nouvelles générations ». Elle nous partage sa réflexion...

Aujourd’hui, quand je sors dans la ville je rencontre plusieurs visages, plusieurs couleurs de peaux, plusieurs personnes avec des expressions différentes. Et pourtant nous avons tous en commun d’être personne humaine. Quand je vais faire des achats, les produits sont d’origine diverse... Nous sommes interdépendants les uns des autres. Et comme Sœurs Dominicaines, nous vivons une spiritualité incarnée. Ceci nous met en permanence à l’écoute du monde et de Dieu.
Nous sommes de notre monde et nous appartenons à Dieu. Notre monde est coloré, nous aussi.
Nous ne pouvons pas nous fermer au présent. Et l’avenir est dans la communion et la solidarité. C’est pourquoi quand on nous demande comment pensez-vous qu’on peut transmettre la spiritualité dominicaine aux générations à venir, nous disons : c’est une question de vie que de vivre en communauté interculturelle. C’est à la fois une réponse et une question ouverte à nous et à nos contemporains. Vivre en communauté interculturelle par choix en réponse à l’amour de l’Évangile, c’est dire qu’on ne peut désespérer de la personne humaine. On peut encore construire un monde de paix ou la gratuité et le don de soi ont encore sens de valeur. La vie jaillit de la communion dans la différence. La fraternité universelle n’a pas de frontière ni de race.... Et les sœurs dominicaines parce qu’étant multiculturelles et marchant vers l’interculturalité peuvent accompagner et cheminer avec les hommes et les femmes de ce monde main dans la main...

Sr Aurore Gangnido Gai