Les mots du confinement : « INTERCÉDER »

Publié le : 2 juin

Sr Hubert Dominique Dufour, de la communauté Saint Leu à Paris, nous propose une réflexion sur le mot « intercéder ».

Ce verbe « intercéder » m’a fascinée lorsque j’ai cherché son usage dans le Nouveau Testament à travers la Concordance de la Bible (Nouveau Testament) que nous a laissée Sr Jeanne d’Arc. C’est l’apôtre Paul qui l’emploie dans la lettre aux Romains au chapitre 8, tout d’abord aux vv. 26 et 27 et ensuite au V.34. Dans les vv. 26-27, il est question du Saint Esprit : c’est Lui qui intercède et même « hyper-intercède » ; au verset 34, joie, c’est le Christ qui intercède pour nous. L’auteur de la lettre aux Hébreux, au chapitre 7, v. 25, nous enseigne : « C’est pourquoi il (le Christ) est en mesure de sauver d’une manière définitive ceux qui, par lui, s’approchent de Dieu puisqu’il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur ».
Ma curiosité m’a poussée à regarder sa signification dans le dictionnaire grec. Le premier sens donné est « rencontrer, se rencontrer avec », et ensuite « intercéder auprès de, solliciter », on pourrait dire « être en ambassade ».
Au cœur de la Trinité, c’est Jésus le Christ et le Saint Esprit qui sont nos ambassadeurs auprès du Père. Ils nous entraînent à aller à la rencontre du Seigneur pour nos frères et solliciter le salut. J’ai un peu mieux compris ce que dit Thérèse d’Avila quand elle dit que la prière est un doux commerce avec Dieu.
Dans la première lettre à Timothée (ch.2, v.1), Paul écrit : « Je recommande qu’on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâces pour tous les hommes … ». Pourquoi tous ces termes ? quelle différence ? et j’ai interrogé le grec, ; or en grec, le mot traduit par « supplications » est le substantif du verbe « intercéder ».
Que Jésus et le Saint Esprit nous entrainent dans l’intercession, à la suite de Dominique : « Ma Miséricorde que vont devenir les pécheurs ?