Les noces de Cana (Jean 2, 1-11)

Publié le : 10 juin

Le saviez-vous ? L’icône n’est pas une simple image religieuse. Elle est toujours chargée de nous révéler une mystérieuse présence, une parole de la part du Seigneur. Ce que l’Évangile nous dit par la parole, l’icône nous l’annonce par des couleurs et nous le rend présent. Alors, menons l’enquête pour percer le mystère que nous révèle l’icône des noces de Cana. Installez-vous devant une représentation des Noces de Cana, regardez-là et laissez-vous regarder…

Au chapitre 2 de son évangile, saint Jean nous raconte la première intervention publique de Jésus. « Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. » Marie, voyant que le vin va manquer, demande à Jésus de faire quelque chose. « Ils n’ont pas de vin. » Regardez bien Marie sur l’icône : elle est tournée vers Jésus, le regard doux et bienveillant. Les mains sont ouvertes comme en train de lui faire une demande. « Ils n’ont pas de vin ».
Mais à quoi reconnaître que c’est à Jésus qu’elle s’adresse ? Son visage est entouré d’une auréole dans laquelle est inscrite une croix pour nous rappeler qu’il est bien mort et ressuscité pour nous. Et ses mains : à droite, les doigts sont pliés. Son geste nous dit qu’il est en train d’enseigner. Ce qu’il dit est important. Aussi important que ce petit rouleau que Jésus tient dans sa main gauche : le livre de la loi.
Suivez le regard de Jésus : il a entendu la parole de Marie. « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
Le miracle a lieu dans le coin droit du tableau : l’eau s’est transformée en vin et les mariés sont tout heureux. Les mains jointes en signe d’alliance, l’époux a posé une main protectrice sur l’épaule de son épouse. Quant à elle, elle a la main ouverte… peut être en signe de disponibilité à la parole de leur hôte, le Seigneur Jésus.
Mais ce qui se passe en bas de l’icône est tout aussi important pour nous aujourd’hui. Regardez le serviteur, obéissant, penché sur les jarres. Il y verse de l’eau comme Jésus le lui a demandé. Il a presque le visage tourné vers nous : « faites tout ce qu’il vous dira » avait dit Marie. C’est à nous aujourd’hui aussi que cette demande est faite : faisons ce que le Seigneur nous demande. Et cette demande transformera nos vies une fête, comme le vin relance la belle ambiance des noces de Cana. Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau.
Quand Jésus passe dans nos vies, c’est toujours discrètement, sans témoin, comme en secret, un secret en Jésus et nous.
Les invités de la noce de Cana apprécient ce nouveau vin et ils interpellent le marié : « Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »
Et oui, pour nous aussi, c’est maintenant que tout commence… quelle est notre demande à Jésus ? Qu’est-ce que nous voulons changer dans nos vies ? La table est mise et Jésus nous invite à prendre notre place aux noces de Cana.

Sr Anne-Claire Dangeard
Source : www.aveclesgenerationsnouvelles.fr