Communauté Notre Dame de Guadalupe – Belo Horizonte MG- Barreiro

Publié le : 8 mai

jours d’isolement social. Nous savons qu’il n’est pas facile de vivre ce moment crucial imposé par la tragédie mondiale du coronavirus 19.

Du Brésil, nous voulons partager avec vous notre vécu d’un mois et de plusieurs Face au défi, la communauté a donné témoignage d’espérance, d’amour, de charité et de patience. Nous réapprenons les richesses que la vie fraternelle offre à celles qui par vocation et consécration ont fait l’option de suivre les pas de Jésus Christ. Lui, il est et sera toujours au centre de notre vie, vie enracinée dans sa proposition.
La vie fraternelle dans notre communauté est intensifiée dans les moments de prière, dans le dialogue, dans le partage et la miséricorde. De vivre face à face exige de nous un regard profond sur nous-mêmes avant tout jugement ; car les besoins sont divers et s’expriment dans le mouvement corporel, les paroles, le sourire et les manifestations du visage. Notre choix représente un défi : Vivre tout cela dans le confort de la communauté où peut se vivre la fête et le pardon.
Je me réjouis de votre souci de vouloir que nous nous rencontrions fraternellement malgré tout. Merci !
Nous avons vécu des défis, rompant les distances, affrontant risques et périls, en mission dans des lieux où la santé est menacée, mais où l’amour est le plus fort ! En restant à la maison, en communiquant entre nous et avec des amis, avec tout plein de rires et de plaisanteries. « Où règne l’amour, l’amour fraternel » « Deux ibi est », par Internet, il y a une neuvaine, une vraie charité fraternelle. Sainte Catherine en est la promotrice ! Unies dans la prière et l’espérance, je vous embrasse très fraternellement.
Sr Maria Cristina

Chères sœurs,
Je vis avec au cœur une confiance et une espérance inépuisables. L’isolement social est pour moi une bonne opportunité de plus grande intimité avec le Christ, d’une plus grande connaissance de moi-même et d’un plus grand partage de vie avec les sœurs. J’essaie de vivre chaque instant de la meilleure façon possible, vivant un jour à la fois. Je continue avec mes temps de prière personnelle quotidienne, la routine de la formation, les actions pastorales. Je souhaite que vous alliez toutes bien. Merci pour la proposition de partage. Je vous embrasse fort. !
Luiza Helena

En ce moment, dû à la pandémie, je vis une expérience provocatrice, qui m’oblige à participer à l’isolement social et en même temps à intensifier et fortifier mes prières, pour les personnes victimes du coronavirus. Rester à la maison est pour moi un exercice permanent quand je pense à la fin de la maladie. En d’autres termes, je suis triste de ne pas pouvoir rendre visite à des personnes malades et âgées à leur domicile ou à l’hôpital. Malgré tout cela, je rends grâce à Dieu, à la communauté religieuse, à toutes les sœurs de la CRSD pour leurs prières et leurs partages. Avec affection.
Sr Ronilda

« Soyez comme ceux qui attendent leur maître à son retour des noces… » (Lc 12,36)
La pandémie tragique de Covid-19 a affecté la normalité de la vie quotidienne et nous oblige à vivre une nouvelle spiritualité et une nouvelle attitude envers la réalité. Nous sommes tous contraints à une retraite obligatoire. Revenir à la maison et à nous-mêmes. Vivre le détachement des choses. Abandonner les activités routinières et les engagements prévus dans l’agenda. Le coronavirus nous fait vivre notre fragilité devant la souffrance, la mort, la peur et la paralysie sociale. Et pour nous Brésiliens, une crise éthique devant la situation politique de notre pays. Ce petit être presque invisible nous fait sentir le goût amer de l’impuissance et la valeur infinie de la vie.
Dans le scénario qui se dessine, celui du champ d’action de la vie est l’un des plus sensibles. En temps de crise, les moments d’incertitudes, de douleur et de larmes se présentent comme des chemins possibles vers l’unique certitude qui nous conduise à la lumière : la spiritualité.
Nous ne choisissons pas ce virus mais nous pouvons choisir comment vivre la réalité qu’il nous impose. Dans l’ouverture aimante à la vie, à la nature, aux autres et à Dieu. C’est dans cette perspective, que nous, sœurs de la communauté de Notre Dame de Guadalupe, nous vivons intensément. Nos études et missions sont vécues grâce à d’autres techniques, et quelques-unes de manière assez réduite, comme par exemple la pastorale de rue. Cependant, nous avons plus de temps pour les prières communautaires (vigiles, réflexions et adoration). Nous écoutons avec affection, les longues histoires personnelles de chacune à l’heure des repas. Nous célébrons en grande fête chaque moment liturgique. Je crois que nos rites et rythmes ont gagné une autre dimension. En embrassant le divin, nous trouvons l’espérance.
Personnellement, je continue à vivre en priant beaucoup, en intensifiant la connaissance de moi-même et la recherche de Dieu, en travaillant au potager et en faisant les études d’infirmière par internet, à travers de longues conférences et des travaux théoriques
Finalement, j’entends beaucoup de gens dire que le monde ne sera plus le même après le Covid-19. J’espère que ce sera vrai. Que nous soyons beaucoup plus attentifs et matures dans la façon dont nous nous soucions de la VIE. Que le désir d’embrasser nous rende plus affectueux et que notre petitesse nous aide à chercher les choses du Dieu Très Haut dans notre vie.
Je remercie beaucoup toutes les sœurs, qui, j’en suis sûre, sont en communion avec nous. Fraternellement avec gratitude.
Maria

Ce moment m’aide à découvrir tant de personnes, tant de valeurs, tant de bonté et d’affection, tant de solidarité et de tendresse, tant de croyances à l’égard du pouvoir et tant d’impuissance, tant d’argent à côté de tant de misère, tant de personnes sans rien et d’autres avec tout sans pouvoir profiter de tout ce qu’ils ont… Je ne suis plus la même personne ! Je confirme. Je n’ai pas changé, j‘apprends seulement à aimer plus… Je réaffirme ma passion pour la vie consacrée, avec Dieu et pour sa création, que Lui nous donne, avec les personnes et avec moi-même…
En écoutant le silence et en vivant la saveur de l’Amour qui donne tout et ne reçoit rien, j’offre à chaque instant ma transformation, qui se diffuse dans la promesse de ma consécration. Très reconnaissante !
Sr Solange Damião