Italo-Suisse : formation permanente

Publié le : 6 mai

« Pour vivre la vie communautaire de manière plus satisfaisante »
Trois journées à l’école de « Personnalité Relations Humaines » (PRH)

Du 30 avril au 2 mai 2021, dix d’entre nous, venues de nos trois communautés en territoire italien, se sont retrouvées dans un centre d’accueil proche de la gare de Roma-Ostiense, pour continuer le chemin entrepris depuis deux ans avec Maria de Giuseppe, formatrice de PRH. La rencontre s’inscrit dans le parcours de restructuration de notre province italo-suisse en vue de discerner, renforcer et développer sa mission en cette nouvelle étape que marque de façon particulière le passage de l’Institut Saint-Dominique à la fondation Odyssey, signé le 15 avril dernier.

L’itinéraire comportait deux temps. Dans le premier Maria nous expliquait cinq phénomènes clefs de la vie communautaire que nous analysions ensuite personnellement dans notre expérience, tandis que le second était consacré, selon la même méthode, aux cinq axes de croissance à développer pour vivre cette vie communautaire de façon plus épanouissante. Je vous propose une synthèse de nos découvertes qui ne sera ni complète, ni objective, mais qui voudrait vous faire goûter la cohérence et la richesse du parcours.
Nous avons découvert qu’au centre de tous les phénomènes de la vie communautaire, se trouvaient les aspirations de chacune, comme autant de dons du Père pour le développement du charisme dominicain de la CRSD, et la nécessité de procurer, en satisfaisant un certain nombre de « besoins », un terrain propice à la réalisation de ces aspirations, à la fécondité de ces dons. D’autres besoins, à leur tour, signalent des blessures du passé à guérir, comme une phase préliminaire. Chacune en effet doit apprendre à exister, trouver sa place et la prendre toute entière – ni plus, ni moins. L’horizon constant est notre charisme commun et la recherche de son incarnation fidèle et toujours plus plénière dans l’aujourd’hui. Aussi, au-delà des conflits interpersonnels, qui nous invitent à orienter notre pouvoir et notre influence dans la communauté de façon à en faire une source d’énergie positive, en affrontant les conflits de manière adulte, nous sommes appelées à gérer quelquefois un conflit entre nos aspirations personnelles ou nos besoins, et ceux de la communauté : le bien commun nous enseigne à apprendre la façon juste de nous adapter – sans renoncer à notre authenticité – , à la lumière de notre conscience profonde et de notre désir de construire un milieu de vie fraternel et humain.
Tout un apprentissage en perspective, dans une écoute vigilante du Seigneur qui parle dans la profondeur, au cœur de moi-même, de l’autre, de chaque autre.
Comment ne pas dire un mot de la bienveillance, de l’humilité et de la simplicité de nos échanges, qui offraient à Maria la matière vive pour élucider tous les mécanismes – bons et mauvais – de nos fonctionnements ? Chacune de nous, je crois ne pas me tromper, rentre chez elle pleine de gratitude : envers Maria, bien sûr, et le conseil qui a élaboré avec elle le programme ; envers sr Marie-Théo, qui a lancé la formation, et envers le Seigneur qui nous a offert en plus l’occasion d’un temps de fête autour de sr Catherine-Elisabeth et de sr Valérie en l’honneur de leurs saintes patronnes ! « Qui demeure en moi, et moi en lui, porte beaucoup de fruit »… et non un fruit quelconque, mais le fruit de la joie des Noces.

Sr Jacqueline