Manifeste « La vie avant tout », lettre ouverte à l’humanité

Publié le : 8 mars

De la part de nos soeurs du Brésil : « Le Brésil appelle au secours »

« Nous vivons des temps sombres, où les gens de la pire espèce n’ont plus peur et où les meilleurs ont perdu l’espérance. » Hannah Arendt.

Brésiliennes et brésiliens engagés par rapport à la vie sont otages du génocidaire Jair Bolsonaro, qui occupe la présidence du Brésil, entouré d’un gang de fanatiques mûs par l’irrationalité fasciste. Cet homme sans humanité nie la science, nie la vie, nie la protection de l’environnement et nie la compassion. Dans l’exercice du pouvoir, il n’a d’autre raison que la haine de l’autre.
Le Brésil souffre aujourd’hui de l’effondrement délibéré de son système de santé. Le mépris pour la vaccination et les mesures élémentaires de prévention, l’incitation aux rassemblements et à la rupture du confinement, alliés à l’absence totale de politique sanitaire, créent l’environnement idéal pour de nouvelles mutations du virus et mettent en danger l’humanité tout entière.
Nous assistons horrifiés à l’extermination systématique de notre population, en particulier les pauvres, les quilombolas et les peuples indiens.
Le monstrueux gouvernement génocidaire de Bolsonaro n’est plus une menace seulement pour le Brésil : il est devenu une menace mondiale.
Nous en appelons aux instances nationales – Cour Suprême, Ordre des Avocats, Congrès National, Conférence Nationale des Evêques - et aux Nations Unies. Nous demandons à la Cour Pénale Internationale (CPI) qu’elle condamne de toute urgence la politique génocidaire de ce gouvernement qui est une menace pour la civilisation.
La vie avant tout !

Original : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeAUTbllrhdBSuBMceaIxrzcSHff70-5uLxVM7LCIhlXWV9ig/viewform